Pão de ló

Pâques à la portugaise

Pas de fêtes de Pâques (ni de Noël) sans le fameux Pão de ló au Portugal.
C’est le gâteau qui accompagne la plupart des fêtes religieuses, les fêtes de familles, anniversaires et tous les moments importants que peuvent célébrer les portugais.

Il existe autant de régions au Portugal que de recettes et de familles puisque chacune a la sienne, sa spécificité et se la transmet de générations en générations.
Par exemples au Centre du Portugal, le pão de ló de Alfeizerão est crémeux-baveux.
Celui de la région Margaride est lui légèrement humide et moelleux.
Arouca, Ovar e de Figueiró dos Vinhos revendiquent également leurs propres versions qui sont sensiblement identiques.

Les ingrédients sont relativement les mêmes : des œufs, du sucre, une peu de farine et parfois les zestes de citron ou d’orange.
La différence se fait dans les quantités et temps de cuisson.

Chez nous, il était présent sur nos toutes nos tables festives ou dominicales.
Dans ma famille au Portugal (nous sommes originaires de Lisbonne), nous n’avons pas pour habitude d’en manger et ne sommes pas vraiment adeptes de ce gâteau.
C’est en France, à travers les gens de la communauté portugaise de mon village et amis de mon père que je l’ai découvert.
Peu sucré en goût (malgré la quantité importante dans la recette) nous le mangions accompagné de fromage des montagnes au lait de brebis ou de chèvre et de marmelade de coings.
J’adorais !
Un peu comme un sandwich de gâteau au fromage 🙂

Mais il sera parfait pour un goûter léger en accompagnement d’une tasse de thé bien chaud.
Belle découverte à vous.

La recette
5 œufs, 125g de sucre et 125g de farine tamisée

-Préchauffer le four à 180°c
-Dans un saladier battre les jaunes et le sucre jusqu’à ce que le mélange blanchisse et double de volume.
-Battre les blancs en neige et les incorporer délicatement en plusieurs fois à la préparation jaunes et sucre.
Incorporez les en veillant à ne pas les casser et faire retomber le tout.
-Et ajouter la farine délicatement.
-Verser le tout dans un moule.
Pour la cuisson
L’idéal serait un moule en aluminium ou en argile avec une cheminée au centre.
Perso j’ai utilisé mon moule à kouglof de chez Mastrad.
-Et enfourner 30 mins.
-Au bout de 20 mins je vous conseille de bien surveiller la cuisson.
Une sur cuisson le rendrait sec, on perdrait l’effet attendu.
La pointe de votre couteau doit ressortir à peine sèche.
-Laisser refroidir quelques minutes dans le moule avant de le démouler sur une grille.

Allez vous venez vous asseoir pour goûter ?

Article écrit en collaboration avec Mastrad.
Les moules m’ont été offerts mais l’article n’est pas rémunéré.
Le contenu et les opinions exprimées ici m’appartiennent.

Publicités

2 commentaires

Un petit mot ?

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.